martes, 13 de febrero de 2018

Important : le calibrage de l’écran (pour ne plus jamais avoir des couleurs bizarres après retouche)

Le calibrage de l’écran



Si vous faites un peu (ou beaucoup) de post-traitement comme je vous le recommande, vous êtes forcément attaché aux contrastes et aux couleurs de vos images : vous avez travaillé dessus pour avoir exactement le résultat que vous souhaitiez, allant ainsi au bout de la démarche photographique. Mais il peut vous arriver que vos couleurs chéries s’affichent mal après l’export, sur d’autres écrans ou à l’impression. Voyons comment gérer ce problème.

Je n’écris évidemment pas cet article par hasard, puisque je reçois beaucoup de mails de lecteurs un peu désemparés de voir leurs photos mal s’afficher. La plupart du temps, vous vous en rendez compte quand vous imprimez vos images pour la première fois.
La mauvaise nouvelle, c’est que ce problème est très courant. La bonne, c’est qu’il n’est pas si difficile à résoudre.

La gestion des couleurs

calibrage écran couleurs adobe RGB AdobeRGB photo photographie
Ça a l’air compliqué ? Ça tombe bien, je n’en parle pas aujourd’hui ! 
Ce type de problème a une cause très courante : une mauvaise gestion des couleurs, et le plus souvent pas de gestion des couleurs du tout. Pour faire simple, le but de la gestion des couleurs est que votre intention photographique soit rendue le mieux possible sur un maximum de supports (écrans des internautes qui visitent votre galerie, à l’impression, etc.).
Alors pourquoi ça ne se fait pas tout seul ? Je ne vais pas vous expliquer en long, en large et en travers toute la théorie là-dessus : c’est long, complexe, et pas forcément utile à connaître en détail. Pour faire très simple, les périphériques (écrans, imprimantes, etc.) n’ont pas tous les mêmes capacités à rendre les couleurs. Et en plus de ça, ils ne les rendent pas toujours comme on leur demande. En fait, ils ne rendront jamais exactement les couleurs comme il faut, si vous ne faites rien pour les y aider, c’est-à-dire si vous ne gérez pas les couleurs. On y revient.
Si vous souhaitez en savoir plus, il existe de nombreuses ressources, et notamment :
  • l’excellent guide de la gestion des couleurs d’Arnaud Frich, très complet, pertinent, rigoureux
  • Le non moins excellent dossier sur le sujet par Patrick Moll, qui s’étale sur 3 numéros de Compétence Photo, à commencer par les numéros 27 et 28. Comme d’habitude, rigoureux, détaillé, et d’une pédagogie exemplaire pour un sujet aussi complexe. A réserver quand même à ceux vraiment intéressés par les détails 😉
Il y a en théorie beaucoup de choses à faire, mais aujourd’hui je vais traiter de la plus importante, qui résoudra la grande majorité de vos problèmes, les 20% d’action qui donnent 80% des résultats : le calibrage de l’écran.
En effet, pour que les couleurs soient bien rendues ailleurs, la première étape est déjà qu’elles soient bien rendues chez vous, c’est-à-dire que votre développement RAW s’effectue sur un écran qui rend bien les couleurs. Ce ne sera jamais le cas par défaut. Pour ça, il va falloir calibrer votre écran. Voyons comment faire et avec quoi.

Calibrer son écran en pratique

photo photographie calibrage écran sonde de calibrage spider 4 eliteAutant annoncer la couleur tout de suite, la seule et unique solution crédible pour étalonner votre écran, c’est d’utiliser une sonde de calibrage. Il existe des sites qui vont vous proposer de calibrer à l’oeil, mais c’est trop aléatoire, et vous pourriez même empirer le résultat. Il y a également parfois un profil générique disponible avec l’écran, ou téléchargeable sur internet. C’est mieux que rien, mais ça reste un peu trop imprécis, et je ne peux que vous conseiller d’utiliser une sonde.
Alors certains se diront (je le sais, je l’ai fait aussi il y a 2 ans) que ce n’est pas utile de calibrer leur écran car de toute façon il est trop mauvais. C’est complètement faux. Pour vous dire, j’avais même calibré un vieil écran cathodique pourri, et bien le résultat était quand même impressionnant.
Autant vous dire que même avec un écran LCD d’entrée de gamme, vous aurez déjà un résultat plus que correct, surtout pour un usage amateur. Calibrez même l’écran de votre portable, même si l’extrême majorité possède des écrans insuffisants pour un affichage correct des couleurs (excepté des PC très haut de gamme).

Quelle sonde de calibrage choisir ?

Si vous avez déjà fait une ou deux recherches sur le sujet, vous avez dû tomber sur les sondes Spyder de Datacolor, qui sont les plus connues. Le plus gros avantage pour vous, c’est qu’il y a 3 modèles différents, et donc 3 prix :
  • La Spyder 5 Express, la version la plus basique (environ 115€), qui ne propose pas de mesure de la lumière ambiante
  • La Spyder 5 Pro (environ 155€), qui permet de mesurer la lumière ambiante, un choix plus étendu des valeurs cibles, et une fonction de vérification du calibrage (qui vous évite de recalibrer si ce n’est pas nécessaire)
  • La Spyder 5 Elite (environ 210€), qui en plus des fonctions de la Pro, permet de fixer le point blanc et le point noir de l’écran.
Datacolor m’a gentiment prêté une Spyder 4 Elite, je prendrai donc l’exemple avec cette sonde, mais le processus de calibrage est de toute manière très simple et se ressemble beaucoup entre les sondes. Je vous conseille de prendre au moins une version Pro si vous pouvez, pour la mesure de la lumière ambiante.
Cela dit, il vaut mieux calibrer, même avec une sonde entrée de gamme, plutôt que de ne rien faire du tout. Si votre budget est vraiment serré, vous pouvez vous tourner vers la génération précédente des Spyder 3 d’occasion, qui reste très correcte. Vous pouvez en trouver d’occasion sur Le Bon Coin, eBay ou ailleurs, mais faites attention à ne pas payer plus de 50€, faut pas déconner, sinon autant prendre une Spyder 4.

Comment calibrer son écran ?

photo photographie calibrage écran sonde de calibrage spider 4 elite logicielLa première étape est d’installer le logiciel fourni avec la sonde. Si jamais vous n’avez pas de lecteur CD (ce qui arrive de plus en plus avec la disparition progressive de ce support), vous pouvez le télécharger sur le site de Datacolor.

Ensuite, vous allez brancher la sonde à votre ordinateur, démarrer le logiciel, et suivre les instructions. Je pourrais presque m’arrêter là 😛
Essayez de faire le calibrage dans les conditions les plus courantes de travail sur vos images. Par exemple, si vous travaillez souvent vos photos le soir à la lumière artificielle, calibrez à ce moment-là.
Pour que la sonde tienne bien collée à l’écran pendant le processus, il faut souvent pencher un peu l’écran vers l’arrière. Calez simplement un truc en dessous, et pensez à bouger le petit contrepoids présent sur le câble (il glisse dessus et vous permettra d’équilibrer plus facilement la sonde).

Ensuite, il faut quasiment uniquement cliquer sur suivant. Si le logiciel vous demande de choisir des valeurs cibles (ce qui est le cas dans les version Pro et Elite), choisissez ce qui est recommandé, c’est-à-dire 120cd/m² en luminosité, 6500K en température, et 2,2 en Gamma.
Si vous avez choisi la version Elite, après environ 1 minute, le logiciel vous demandera de régler la luminosité de votre écran. Il suffit d’appuyer sur le bouton consacré sur votre écran (en général ce n’est pas trop dur à trouver, souvent assez évident dans le menu de l’écran), et de faire varier jusqu’à ce que ça atteigne la valeur cible, soit 120 cd/m². Tâtonnez jusqu’à atteindre la bonne valeur, la plupart du temps en dessous de 50% de la luminosité maximale de l’écran, pour vous donner une idée.
Ensuite, le reste du processus est entièrement automatique. Il a pris environ 7 minutes chez moi avec une Spyder 4 Elite, ce qui n’est pas trop long et heureusement, car vous devrez vérifier le calibrage et le refaire environ tous les mois, car les écrans ont tendance à avoir des couleurs qui dérivent avec le temps.

Après, il vous reste juste à enlever la sonde de l’écran, et à la placer sur son support devant l’écran, ce qui va lui permettre de mesurer régulièrement la lumière ambiante. Et c’est tout ! Le logiciel s’occupe du reste.

Si vous êtes sous Linux, le logiciel ne fonctionnera pas. Dans ce cas, vous pouvez utiliser l’excellent utilitaire dispcalGUI, qui malgré son nom barbare donne d’excellents résultats, mais prend (beaucoup) plus de temps pour calibrer l’écran. Merci aux développeurs pour leur boulot exceptionnel ! 

Et après ?

Vos couleurs s’afficheront donc maintenant correctement sur votre écran, ce qui est la base de la base ! Alors si vous regardez d’anciennes images, vous pourriez constater des couleurs différentes de celles que vous aviez auparavant, forcément. Mais dites-vous que ce sont maintenant les bonnes couleurs qui sont affichées, et que ça vous évitera tout désagrément à l’avenir ! Vous pouvez reprendre vos anciennes images si vous le désirez 
Voilà, quand vous aurez fait ça, le plus gros du boulot sera fait. Il y a encore d’autres petits détails à régler, mais calibrer votre écran vous évitera la majorité des problèmes. On verra le reste une prochaine fois, c’est déjà assez pour aujourd’hui ! 
Et vous, est-ce que vous l’avez déjà fait ? Témoignez du changement que ça fait, ça encouragera les autres à faire de même !  

No hay comentarios:

Publicar un comentario

pop1

VENDRE SON SCÉNARIO, SIGNER UN CONTRAT DE SCÉNARISTE -B-

SIGNER SON CONTRAT AVEC UN PRODUCTEUR  Comme promis voilà la suite de l’article sur  « comment vendre un scénario et signer un co...